Tuesday, 20 December 2005

Noël, Noël...

[Yes, this post is indeed in French. I hope to translate it soon, but thought to post it like this for those who can read French as it's better that way. This was given this evening at Mons GBU Christmas evening.]

Noël, Noël; tout le monde aime Noël. On pense à être ensemble en famille, à manger et boire beaucoup, à donner et recevoir des cadeaux, on espère qu'il y aura de la neige, il y a l'ambiance stressée et la musique de Noël dans les magasins, des rues sont décorées de lumières... mais pourquoi ? Une fête d'hiver. Super. Mais dans mon supermarché, GB, on vend beaucoup de crèches de Noël - des petits modèles de Joseph, Marie, le bébé, des ânes etc. etc. Pourquoi ? Bien sûr parce que c'est Noël - c'est un peu religieux n'est-ce pas ! Mais pourquoi ?! Pourquoi, 2000 ans après qu'une jeune fille accouche d'un fils est-ce qu'on s'en souvient encore ?

Pour tant de gens qui achètent des crèches de Noël, je suis sûre que ce n'est rien plus que « c'est religieux - ça me fait sentir bien - et comme c'est mignon ! " Mignon ? Imaginez-vous la scène. Une jeune fille en train de donner naissance à son fils dans un champ ou cabane sans lit, sans draps, sans aide. Et le messager de Dieu arrive, pour l'annoncer aux bergers dans les champs environnants. Qu'est-ce qu'il dit ? « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie : c'est qu'aujourd'hui il vous est né un petit bébé, et il est si mignon dans sa petite mangeoire ! »

Mais bien sûr que non ! Écoutez ce que l'ange a vraiment dit aux bergers :
Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie ! C'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.

Il est plus qu'un petit bébé mignon alors - et plus qu'un homme qui donnera des enseignements agréables quand il grandira ! Qu'est-ce qu'il est alors ? En quoi est-ce qu'un bébé mignon dans une mangeoire est quelque chose à fêter ? En quoi est-ce que cette nouvelle est si bonne ? En quoi est-il un sujet d'une grande joie ? Nous cherchons tous la joie, et ce messager de Dieu prétend d'annoncer quelqu'un qui nous la donnera - alors c'est quoi le message de Noël ? L'ange annonçait un Sauveur, le Christ et le Seigneur. Qu'est-ce que ça veut dire ?

Jésus est venu pour être Sauveur.
Sauveur de quoi alors ? Sauveur de nous. Nous reconnaissons tous qu'il y a quelque chose qui ne va pas bien dans ce monde. Les guerres, le terrorisme, la violence, le racisme, des problèmes familiaux, la corruption, le mensonge, la poursuite de l'argent, du succès, du bonheur sans jamais l'acquérir. Dieu dit que les racines du problème sont plus profondes : elles se trouvent en chacun de nous. Les guerres ? Est-ce que tu aimes tout le monde, tout les autres, autant que tu aimes et prends soin de toi-même ? La corruption ? Est-ce que tu n'as jamais triché ? Le racisme ? Est-ce que tu n'as jamais eu une pensée de nature préjugée contre une personne d'une culture différente ? Jésus a dit : Car c'est du dedans, c'est du coeur de l'homme que proviennent les pensées mauvaises qui mènent à l'immoralité, au vol, au meurtre, à l'adultère, l'envie, la méchanceté, la tromperie, le vice, la jalousie, le blasphème, l'orgueil, et à toutes sortes de comportements insensés. Tout ce mal sort du dedans et rend l'homme impur. Et Dieu notre créateur n'est pas du tout content de tout ça - c'est se rebeller contre lui ! Nous essayons de dire que c'est la faute de tout le monde sauf nous - mais on ne trompe pas Dieu : il nous connaît. Et malgré et pour cela il nous fournit un Sauveur. Quelqu'un pour nous sauver de sa colère contre notre rébellion. On sait bien que le petit bébé, venu comme Sauveur, est grandit et est allé mourir - et il a dit que c'était pour être sauveur qu'il est mort : pour prendre notre place. Voilà le Sauveur. Voilà pourquoi l'ange annonce : Ne craignez point : je vous annonce une bonne nouvelle ! Un Sauveur qui est mort à ta place veut dire que tu peux être pardonné si tu te confies en lui. Un Sauveur qui est mort à ta place veut dire que pour ceux qui se confient en lui, la punition est déjà finie : tu peux être réconcilié avec Dieu. Ne craignez point : je vous annonce une bonne nouvelle !

Jésus est venu comme le Christ.
Ce n'est pas son nom de famille : c'est un titre. Ça veut dire qu'il est celui que Dieu a promis depuis longtemps. Celui qui accomplira toutes les promesses de Dieu de donner un Sauveur pour résoudre le problème de notre coeur face à la perfection de Dieu - face à sa colère contre notre rébellion. Il est venu ! Ne craignez point : je vous annonce une bonne nouvelle.

Jésus est venu comme le Seigneur.
Ce Sauveur n'est pas une option parmi plusieurs. Il n'est pas qu'un prophète. Il n'est pas « Seigneur pour ceux qui le respectent ». Il est Seigneur, a dit l'ange. Il est le Seigneur. Le maître. Le boss. De tous. De toute création. Albert II est le roi même s'il y a des anarchistes. Il est roi des anarchistes même s'ils ne veulent pas l'accepter. Jésus est Seigneur de nous, des rebelles, même si nous ne voulons pas l'accepter. Il viendra encore et a ce jour là tous confesseront que Jésus est Seigneur s'ils le confessaient auparavant ou pas.

C'est pourquoi l'annonce de Jésus la première fois, comme Sauveur, était tellement une bonne nouvelle ! Parce qu'il nous offre la réconciliation avec lui avant qu'il ne vienne encore, reconnu par tous comme Seigneur. Ne craignez point : car je vous annonce une bonne nouvelle !

Il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Il vous est né ce Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Quelle bonne nouvelle vraiment ! Quelle raison pour fêter ! Mais non, en fait, si tu ne l'acceptes pas comme Sauveur. Si tu ne te confies pas en lui comme Sauveur, si tu ne détournes pas de ta vie égoïste pour lui suivre comme le Seigneur qu'il est ; tu n'es pas réconcilié avec lui. En ce cas-là, il n'y a rien à fêter. Ne le fais pas. Confies-toi en lui.

Voilà la réaction des bergers à l'annonce de l'ange : Quand les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent l'un à l'autre: Allons donc jusqu'à Bethléhem pour voir ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître.
Ça vaut la peine de faire l'effort de voir Jésus, qui est arrivé, comme Dieu nous a fait connaître. C'est écrit ici dans les témoignages de la vie de Jésus, que je vous invite à lire. Je vous invite à venir au groupe GBU, comme nous sommes en train d'étudier ensemble le récit de Luc : vous seriez les bien-venus. Mais réfléchissez-vous au sujet de Jésus. Manquer un bébé dans une mangeoire n'est pas grand chose. Manquer de fêter Noël, ce n'est pas la fin du monde : ça ne change pas la vie. Mais manquer le Sauveur que Dieu nous a fournit ? Ne le fais pas. Prêtes attention au Sauveur que Dieu nous a donné. Réfléchis à Jésus.

« ... car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie ! C'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. »

7 comments:

Petre said...

What!?

étrangère said...

Pod dear, I did SAY at the beginning that it was in French. The gist is that Jesus came as Saviour, the Christ and the Lord, so consider him to trust in him. From Luke 2:10-11.

thebluefish said...

babelfish...
and it just about translates in a way that makes sense...

étrangère said...

Oh dear Babelfish is awful - no offense bluefish; hope he isn't a relative of yours. Spurred me on - I should be preparing for a French oral exam now but instead, expect the translation within half an hour.

Dave & Pod - what do you think of my Mum's comment on the Open House talk which made up the previous post? What would your feedback be?

thebluefish said...

Sorry, I was being impatient for your translation!

On whether we always have to go the whole way about substitutionary atonement. Good question. Half of me says - yes cos thats the climax of the story. Part of me says, we needn't import that into every passage....

I suppose in the context of the passage you're dealing with - the expositors task is to explain what it says and what it means - so what it means that he will save us from our sins and the significance of Immanuel.

The danger is that we just state what it says - rather than explain and apply it.

A blogger (jollyblogger??) said recently that a lot of preaching is basically text-commentary... when actually the task is to unpack, explain, argue, persuade and apply it.

Not sure I count myself a shining example of that... wanna try though!

Mikey C said...

C'est vrai, etrangere! Merci.

Rhology said...

Mille mercis pour avoir poste en francais! Y a pas bcp de gens a parler francais avec au Japon!